Site officiel de la mairie de Hauteville lompnes Accueil | Flux RSS

aujourd'hui

jeudi 23 mars

Télécharger le gabarit pour imprimer votre disque de stationnement La Mairie d'Hauteville-Lompnes vous propose un…
Parution le 1er de chaque mois. Pour recevoir la lettre dans votre boîte aux lettres électronique, veuillez…
voir le GIF animé ici : twitter.com/Hauteville_L
 

Chaufferie

     - La Régie des Energies


La commune s'est dotée depuis 10 ans de la faculté de produire et de revendre de l'énergie au moyen d'une chaufferie bois à cogénération gaz.
 

 

Chaufferie BoisLa chaufferie bois

 

Ce projet est né de la volonté de produire et de revendre une énergie moins polluante, plus économique pour les usagers et d’assurer ainsi une certaine indépendance énergétique. La ressource en bois locale et renouvelable, les chaudières vieillissantes de nombreux abonnés de l’époque et une consommation annuelle d’environ 2,2 millions de litres de fioul ont incité les acteurs politiques locaux à monter et concrétiser ce projet.

 

Parallèlement, Gaz de France souhaitait s’implanter sur la commune et les scieurs locaux disposaient de nombreux déchets de bois (écorces)  non valorisés.

 

Ce projet écologique et économique s’est réalisé pour un coût d’environ  4 millions d’euros, subventionné à hauteur de 54% par des partenaires tels que la Région Rhône Alpes, l’Ademe, l’Europe et le Conseil Général.

 

 La chaufferie bois va bientôt fêter ses10 ans. Celle-ci couvre l’ensemble des besoins en chauffage des 29 sous stations raccordées sur le réseau de chaleur ainsi que les besoins en production d’eau chaude de certains bâtiments. Grâce aux 6 km de conduite enterrées et calorifugées reliant l’ensemble des sous stations, c’est environ 1 500 équivalents logements qui sont chauffés par cette énergie.

 

Comment ça marche ?

 

 Le combustible bois est acheminé par camion de 25 tonnes sur la plateforme de la chaufferie. Ce combustible se présente sous la forme d’écorces de bois broyés, de broyats de palettes bois ainsi que des « copeaux » de bois. La consommation annuelle est d’environ 5 000 tonnes soit l’équivalent de 200 camions. Ce combustible alimente automatiquement un énorme foyer situé dans la chaudière bois dans lequel la température peut atteindre 900 à 100 °C. Ce foyer chauffe un réseau d’eau à environ 90 à 100 ° C. Ce premier circuit d’eau va rentrer dans un échangeur de chaleur (équipement constitué de multiples plaques dans lequel circule d’un coté de la plaque l’eau du 1er réseau et de l’autre coté l’eau du 2ème réseau) afin de transférer la chaleur de l’eau au deuxième réseau qui relie, en enterré, les 29 sous stations.  Pour information, ces deux réseaux fonctionnent comme le circuit de chauffage des radiateurs que l’on trouve dans les maisons individuelles à savoir en circuit fermé.

 

A cette chaudière bois, une chaudière gaz de même puissance soit 3 500 Kw, vient en remplacement en cas d’entretien ou d’arrêt de la chaudière bois. Cette chaudière gaz peut même venir en complément l’hiver car la puissance de la chaudière bois ne suffit pas à affronter les températures négatives persistantes.

 

Enfin, une troisième chaudière présente sur le site ou « cogénération » parachève le système. Pour simplifier, c’est un gros moteur de 2 000 chevaux (1 500 Kw) qui est alimenté par du gaz de ville et qui produit deux énergies.

 

Une première énergie produite correspond à la chaleur issue du réchauffement du moteur et à la récupération de la chaleur des gaz d’échappement. L’autre énergie produite par la cogénération est de l’électricité au travers d’une turbine (ou alternateur) tournante en continu.

 

La chaleur produite par la cogénération durant les 5 mois de l’hiver, vient en complément de la chaleur produite par la chaudière bois. L’électricité produite est quant à elle revendue en totalité à EDF. Le produit de la vente d’électricité couvre les dépenses en gaz.

 

Tout se système est entièrement géré par des automates programmables et tout est centralisé sur ordinateur. Une société privée (exploitant) gère l’exploitation technique de l’ensemble de la chaufferie, des sous stations et du réseau alors que la régie des énergies (commune) gère le budget et la partie administrative.

 

En finalité, l’énergie produite est actuellement plus économique que les autres énergies. Elle est surtout moins polluante et permet un renforcement de l’économie de toute la filière bois locale.